mercredi 21 juin 2017

"First Ladies : À la conquête de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan & Dominique Simonnet


<3 <3 <3

  Le ton est donné dès l'avant-propos : les premières dames ne sont pas toujours restées cantonnées bien sagement dans l'ombre de leurs maris présidents. Et si leurs faits n'ont pas tous étaient médiatisés, elles ont cependant agit - sans demander de reconnaissance. Depuis John Kennedy, la campagne électorale se mène avec la famille du candidat. Nicole Bacharan et Dominique Simonnet nous offre, grâce à ce livre, une incroyable fresque de douze femmes marquantes qui sont passées par la Maison Blanche. On compte aujourd'hui quarante-cinq présidents des États-Unis et quarante et une First Ladies (dont une qui n'était pas l'épouse). Le choix des femmes présentes dans le livre peut sembler arbitraire, mais il ne l'est pourtant pas puisqu'après la biographie des dix "élues", les auteurs ont judicieusement retracé plus brièvement la vie des autres Premières dames.

  Une des plus légitimes à faire partie des "élues", c'est bien sûr la first First Lady, celle qui a la première exercé cette fonction. Et c'est en la personne de Martha Washington (les épouses prenant malheureusement trop souvent le nom de leur mari, je n'ai pas à préciser dans cet article qui est la femme de qui). Une femme que j'ai adoré découvrir car je n'en ai absolument jamais entendu parler. J'ai été surprise par sa "première vie" (l'époque était si rigide que je n'imaginais pas qu'il était possible de se remarier). Avec le récit de la vie de cette femme, j'avais l'impression d'être entre Autant en emporte le vent et Les Roses de Somerset de Leila Meacham (article à paraître prochainement sur le blog). 
  La "second lady", Abigail Adams, n'est pas mois incroyable et vous comprendrez aisément pourquoi je l'ai adoré : c'est une féministe avant l'heure. Elle voulut donner une place aux femmes dans l'élaboration de ce pays en formation et n'était pas favorable à l'esclavage dans une époque qui était loin de penser comme elle. Abigail Adams ne réussit pas à fléchir son mari sur les droits que les femmes devraient avoir mais elle a joué un rôle d'importance auprès de lui et du pouvoir. Une femme forte comme je les admire. Jugez plutôt :
"Si vous voulez avoir des héros, des hommes d'État et des philosophes, alors, il vous faut des femmes instruites."
Abigail Adams (1744-1818),
féministe avant l'heure.

  Toujours au XIXème siècle, c'est Dolley Madison qui mène la danse suivante. Une façon de parler pour une femme qui sut très bien converser en son temps. Les écrivains disent "la rencontrer, c'était l'aimer." Elle était aussi une femme de courage, qui sut affronter dignement l'incendie de la Maison Blanche. C'est aussi la première First Lady qui initia l'engagement pour des causes, en devenant présidente de l'orphelinat pour filles de Washington. La fin de sa vie est malheureusement moins gaie et j'en suis très attristée.
  Mary Lincoln me fait penser physiquement aux reines Victoria et Eugénie. J'ai eu plus de mal avec elle qu'avec les autres personnalités. Malgré les tourments de sa vie, je ne me suis pas "attachée" à sa personne, hormis sa fin (qui est terrible, je préfère vous prévenir). Une fois à la Maison Blanche, elle dépense énormément - telle une Marquise de Pompadour ou une Marie-Antoinette - et je ne supporte pas le gaspillage. Soit-disant que the White house nécessitait d'énormes aménagements...
  Je n'ai pas non plus eu d'attachement pour Edith Wilson. Pourtant, je fus choquée (de manière positive) d'apprendre qu'elle dirigea le pays alors que son mari, Woodrow, était très malade. Mais elle s'opposait aux suffragettes alors il n'y pas là de quoi en faire un modèle. Dans mes cours d'histoire, on m'a bien évidement parlé de la "Société des nations", mais on ne m'a jamais dit une telle chose !
  Une militante à la Maison Blanche... Eleanor Roosevelt était une sacrée battante, défendant notamment les femmes et les noirs. Une fois de plus, c'est une femme qui a eu une influence sur son président de mari. Pourtant populaire, les Américains n'ont pas accepté le poste officiel - le premier donné à une First lady (diriger les programmes du nouveau Bureau de la défense civile) - et c'est regrettable de voir que les Américains ne la laissèrent pas agir ainsi (la misogynie n'a pas fini dans ce pays, cf. les résultats de l'élection dernière). C'était une femme très active, qui s'activait sur le terrain pour les plus démunis notamment, et qui tenait une chronique à la radio (les auteurs renvoient vers ce site). "Trahie" par celui qu'elle disait pourtant ne plus aimer, elle finit sa vie en continuant à se battre. Pas étonnant qu'elle se retrouve parmi les First Ladies les plus marquantes de l'Histoire américaine.
  Jackie Kennedy est l'une des First Ladies les plus aimés des Américains. Pourtant, quel destin ! J'avais lu le roman de Katherine Pancol, Une si belle image (article à paraître prochainement sur le blog), alors je connaissais assez bien sa vie. D'une tristesse !
  Je ne me suis pas non plus beaucoup attardée sur Nancy Reagan. C'est mignon ce couple présidentiel qui s'embrasse à tout va. Je n'en avais jamais entendu parler avant !
  Plus près de nous, Michelle Obama. J'avais lu la biographie de Barack mais je ne connaissais pas plus que cela la vie de Michelle, descendante d'esclaves. C'est dommage qu'elle ne se soit pas servie de son rôle de First Lady pour militer (elle se bouge plus lors du second mandat de son mari), elle qui l'était avant, voulant aider ceux dans le besoin. Il y a quand même bien évidemment son combat pour la santé, dans un pas fortement frappé par l'obésité. La question reste entière malgré les démentis : se présentera-t-elle un jour à la présidentielle of United States ? Elle aurait toutes ses chances.
  Le livre est paru le 22 septembre 2016, soit deux mois avant la désastreuse élection présidentielle américaine. Les auteurs pensaient sans doute qu'après tout ce qu'elle a traversé, elle pouvait gagner. En effet, s'il y a bien une First lady qui a souffert de critiques, de complot, d'acharnement malsain, c'est bien Hillary Clinton. En politique il faut être fort ; elle doit l'être deux fois plus, étant une femme. Je ne doute pas que sa non élection à la présidence cette année soit due à une trop forte misogynie régnant dans le pays. Hillary a été élue avec de très bons scores en tant que sénatrice, mais quand il s'agit de la mettre à la tête de l'État, c'est une autre affaire. Le récit montre l'acharnement donc le couple a été victime durant les mandats de Bill, son mari. La vérité est pourtant la suivante : Hillary est une femme indépendante (elle hésite à se marier puis à porter le nom de Clinton, elle s'y résout finalement à cause de la pression sociale dont elle est victime). Son portrait, le dernier du livre alors qu'elle passe avant Michelle Obama chronologiquement, est plus fouillé que les autres car les auteurs ont recueilli des témoignages et ont pu suivre en direct une de ses campagnes présidentielles. En la mettant ainsi dans les dernières First Ladies marquantes, les auteurs nous rappellent une chose : beaucoup de temps a passé et Hillary était tout à fait légitime à se présenter à cette élection. Elle n'aurait pas été seulement une présidente des États-Unis, elle aurait aussi fracasser le plafond de verre (je vous renvoie vivement à son beau discours de défaite)  #strongertogetherImwithher

Et si cela vous déplaît d'avoir une vision partielle des first ladies, pas de panique : une galerie complète figure à la fin du livre pour nous présenter beaucoup plus brièvement les autres Premières dames : Abigail Fillmore "la lectrice"; Julia Grant, sans doute la plus heureuse des First Ladies à tenir ce rôle ; la vie tragique d'Ida McKinley... Certaines se firent discrètes, d'autres prirent leur place dans la présidence (Helen Taft qualifiée par les auteurs de "coprésident"). Pour voir à quel point ces femmes ont eu une influence sur leur mari, il suffit de savoir ce qu'Abraham Lincoln déclara à sa femme une fois élu : "Mary, Mary, NOUS sommes élus."

Ce livre n'a pas seulement un intérêt pour connaître les First Ladies, il est aussi important pour son apport politique. J'ai beaucoup appris sur les débuts des États-Unis. Je ne pensais pas que cela s'était passé aussi difficilement à vrai dire. Bien sûr, je connais l'histoire de la guerre de Sécession, mais j'imaginais l'Histoire de ce pays beaucoup plus naïvement qu'il n'en a été.

Les auteurs ont fait un travail énorme. Non seulement le récit est agréable à lire, mais il est très documenté (des essais et notamment le site http://firstladies.org est souvent cité). De quoi ravir ma curiosité, et sans doute, la vôtre !

=> Le destin des First Ladies américaines réunis en un ouvrage sérieux, précis et en même temps concis. Il se lit aussi agréablement qu'un roman et ne requiert pas une masse de connaissance sur l'histoire américaine, ce qui le rend accessible et indispensable. Avis aux amatrices et aux amateurs !


***


Résumé : On les relègue habituellement à l'arrière-plan, derrière la figure charismatique de leur mari président. Seconds rôles, les First Ladies ? Allons donc ! Dès les origines, les Premières Dames américaines ont exercé dans l'ombre une influence bien plus grande qu'on ne le croit. Plus encore : elles incarnent la longue marche des femmes vers l'égalité et le pouvoir. Voici Martha Washington, qui forge les symboles d'une nation dans les limbes ; Abigail Adams, intellectuelle et féministe bien avant l'heure ; la belle Dolly Madison, qui résiste dans la capitale en flammes. Suivent l'intrigante Mary Lincoln, qui parade en impératrice ; Eleanor Roosevelt, l'infatigable activiste ; Jackie Kennedy, la star irrésistible, que l'on redécouvre ici dans un rôle inédit de ministre de la Culture et de diplomate ; Nancy Reagan, l'amoureuse à la main de fer ; Michelle Obama, qui met en scène l'égalité raciale ; enfin, l'ambitieuse, l'inébranlable, l'insubmersible Hillary Clinton, qui veut parachever la conquête en devenant présidente. 
À partir d'une riche documentation, souvent inédite, les auteurs racontent avec passion le destin des dix First Ladies qui ont le plus marqué l'Histoire, et nous offrent la galerie complète de celles qui se sont succédé à la Maison Blanche. Les aventures de ces femmes d'exception nous en disent beaucoup sur l'évolution du couple et de la condition féminine. Elles nous révèlent aussi la face secrète du pouvoir où se mêlent intimement la politique et l'amour. Nicole Bacharan est historienne, politologue, consultante pour la télévision et la radio, et auteur de nombreux ouvrages sur les Etats-Unis. Elle a aussi écrit La Plus Belle Histoire des femmes (Seuil et Points).Dominique Simonnet est écrivain, journaliste, auteur d'une vingtaine de romans et essais, dont La Défaite des femmes (Plon).Ensemble, ils ont notamment écrit Les Secrets de la Maison Blanche et 11 Septembre, le jour du chaos (Perrin et Pocket).


***


Genre : Essai (mini biographies)
Publié en 2016
Pages : 312
Français



Thème « Du Saint-Laurent au Rio Grande » (6/12)

9 commentaires:

  1. La première dame...que ce soit en France ou aux Etats-Unis, c'est un statut assez délicat à définir. Entre celles qui s'impliquent et celles qui préfèrent jouer les potiches...bref ! C'est un vaste programme...
    Ce livre m'a l'air plutôt sympa en tous cas. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que ce livre montre : c'est un statut très difficile à définir. Il faut savoir trouver sa place, et ce n'est vraiment pas simple... Une sixième participation à ton challenge qui m'a permis d'apprendre plein de choses sur les États-Unis :-)

      Supprimer
  2. Ce livre a l'air très intéressant ! Je connais très peu les premières dames, et connaître leur destin doit être passionnant, surtout qu'en même temps, comme tu le dis, on suit l'histoire des Etats-Unis.

    Concernant Hillary Clinton, la misogynie a certes joué, mais il y avait d'autres raisons qui l'ont empêchée de devenir Présidente. Et puis, l'affaire des mails privés qui a été révélée pendant la campagne ne l'a clairement pas aidée. Mais c'est vrai que les Américains n'étaient peut-être pas prêts à avoir une femme à la Maison-Blanche (en tant que présidente et non en tant que première dame).

    Cette somme de portraits doit être enrichissantes et doit apporter pas mal de connaissances en histoire et en particulier en histoire politique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je devais conseiller ce livre à une personne précise, ce serait toi. Au vu de tes études, il pourrait te correspondre. Bien sûr, l'angle est bien différent d'un livre qui traiterait directement des présidents américains.

      Beaucoup de choses expliquent sa défaite, mais je ne peux m'empêcher de penser que la misogynie est un facteur principal. Quand on voit qu'ils ont été capables d'élire son adversaire (!!), cela ne fait aucun doute... Le récit sur Hillary explique beaucoup de choses en tout cas, et vaut la peine d'être lu pour comprendre, en partie, le résultat de l'élection.

      Un livre très utile, tu ne devrais pas hésiter à le lire :-)

      Supprimer
  3. Oui il m'intéresse beaucoup, politique + femmes, c'est carrément pour moi ! Je le note, j'essaierai de le trouver dans une bibliothèque.

    Oui la misogynie a joué, il n'y a pas de doute. Je pense notamment au malaise qu'elle avait fait, où tout de suite on s'était interrogé sur sa capacité à gouverner : "elle est faible", etc,.

    La misogynie conjuguée avec d'autres facteurs, ça a favorisé D.Trump. Il a très bien su jouer sur les peurs et sur le climat xénophobe pour s'attirer des voix, même si au final, H.Clinton avait plus de voix d'électeurs, mais moins de Grands Electeurs.

    J'irai donc lire ce passage dans le livre, pour voir comment les auteurs analysent cet échec !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils n'analysent pas l'échec car le livre est paru avant l'élection. Mais je te le recommande vivement :-))

      Supprimer
  4. je connais très peu les premières, intéressant!

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas un sujet qui m'intéresse, mais Nicole Bacharan est une excellente auteure ! J'avais lu son ouvrage sur les Noirs américains, et c'était passionnant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerai beaucoup lire cet ouvrage aussi ! :-)

      Supprimer