dimanche 5 août 2018

"Cocktail club" de Madeleine Wickham alias Sophie Kinsella



Résumé : Roxanne, Maggie et Candice travaillent ensemble dans un grand magazine de mode, ce qui ne les empêche pas d'être amies. D'ailleurs les trois copines ont une tradition : une fois par mois, c'est cocktails et gossips au Manhattan Bar. Aujourd'hui, c'est spécial : on fête le départ en congé maternité de Maggie. Qui fanfaronne mais n'en mène pas large à l'idée de se retrouver à la campagne avec un nouveau-né et sa belle-mère. Et on ne peut pas dire que Roxanne lui soit d'un grand réconfort, obsédée qu'elle est par son mystérieux amant marié. Quant à Candice, très perturbée par une histoire familiale compliquée, elle ne trouve rien de mieux qu'inviter la serveuse à partager leur table. Sans réaliser que cette dernière est loin d'être une inconnue bien intentionnée... Le Cocktail Club résistera-t-il à la trahison ?

Mon avis : <3 <3

Le choix de cette lecture fait partie de mon humeur "je veux lire des romans où il est question de journalisme". Ici, l'univers est celui d'un magazine de mode. Le magazine ne constitue pas le sujet principal mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y prêter une attention toute particulière, d'autant plus  qu'avant de devenir écrivain, Sophie Kinsella (anciennement Madeleine Wickham) a été journaliste financière, donc elle déjà mis un pied dans ce milieu et le connaît donc.

Les personnages sont trois journaliste amies : Maggie est la rédactrice en chef du Londoner, Candice est une rédactrice et Roxane une journaliste free-lance. Il n'est jamais question du coeur des articles écrits mais j'ai trouvé intéressant de voir la manière dont s'organise la rédaction et le rythme de travail. Je prête souvent beaucoup d'attention au contexte d'une histoire alors cela a été un régal car je suis moi-même journaliste ! <3

Ce livre est vraiment fait pour se détendre mais je tiens à vous dire qu'il est, à mon avis, quand même au-dessus de ce qu'on peut appeler "un livre détente". Sophie Kinsella fait partie de ces écrivains contemporains que je peux lire avec plaisir (en règle générale, je me dirige plus facilement vers les auteurs classiques). L'histoire est vraiment bien ficelée. Chaque personnage ne suit pas un destin tout rose. Les trois amies ont chacune leur personnalité, leur vie et les soucis qui l'accompagne : Maggie découvre la maternité, Roxane aime un homme marié et Candice veut réparer une faute commise par son père décédé. Leurs personnages sont bien construits et très crédibles, autrement dit, très réels. J'ai apprécié que tout ne soit pas facile tout de suite. J'ai donc eu l'impression que ces vies pourraient être celles de vraies personnes. De plus, ces trois filles sont très attachantes et pour le prouver, je n'ai pas lâché ce livre pendant deux jours, jusqu'à l'avoir terminé ! Cette lecture m'a fait énormément de bien et je me réjouis de l'avoir lu. Sophie Kinsella ne m'a jamais déçue jusqu'à présent.

=> Cocktail club parle surtout des femmes et de problèmes qui les concernent. De quoi donner envie de siroter un bon cocktail, installée dans un bon fauteuil, avec ce livre entre les mains, bien sûr !


Genre : Roman
Publié en 2012
Pages : 359
Britannique


mardi 17 juillet 2018

"Les Plaisirs enchantés de Louis XIV et autres fêtes inoubliables de l'Histoire" de Fabrice Conan


À 1 heure de l'après-midi, ils [Marie-Antoinette et Louis XV] quittent tous deux le cabinet du roi et se dirigent vers la chapelle, suivis de Louis XV et de la Cour. Les grands appartements fourmillent de monde. Quelques milliers d'invitations qui ont été distribuées mais, une fois encore, c'est tout Paris qui semble s'entasser dans les salons du château. Les Menus Plaisirs ont dressé deux gradins dans la galerie des Glaces et les salons avoisinants, de façon à répartir au mieux tous les convives qui se pressent, créant un flot ininterrompu de perruques poudrées et de costumes chamarrés.

Résumé : Pour séduire l’empereur Marc-Antoine, Cléopâtre donna la plus grande réception de l’Antiquité. À Versailles, Louis XIV organisa six jours de fêtes fabuleuses, secrètement dédiées à sa maîtresse, et rythmées par les musiques de Lully et les comédies de Molière. Quant à Napoléon III, il prit comme prétexte l’Exposition universelle de 1855 pour tenter d’éblouir la reine Victoria… En 15 chapitres riches en anecdotes, cet ouvrage dépeint les grandes célébrations qui ont marqué l’Histoire. Fêtes galantes ou religieuses, toutes ont été le théâtre de rencontres amoureuses, de divertissements et de spectacles inédits, mais aussi d’alliances stratégiques…. De bals costumés en noces royales, Fabrice Conan restitue la féérie de ces fêtes mémorables. 

Mon avis : <3 <3

  Un livre alléchant, pas tant pour sa couverture et son titre, que pour son résumé. Dans les "fêtes inoubliables" proposées, il y en avait beaucoup que je ne connaissais pas, je me suis donc lancée avec avidité dans ce livre. 

Tout commence avec un banquet en l'honneur de Cléopâtre et Antoine. L'avantage de ce genre de livres - qui regroupe diverses histoires de l'Histoire - c'est qu'il pousse le lecteur à lire des récits d'autres époques, hors de ses périodes préférées. L'Egypte antique n'a jamais fait partie de mes favorites et je suis contente que ce livre-ci y ait un peu remédié.

Je connaissais déjà le bal des ardents - pour avoir lu récemment des choses dessus, et d'autres célébrations classiques, comme la sublime réception donnée par Fouquet en 1661 ou le bal des ifs en 1745 où se rencontrèrent Louis XV et Madame de Pompadour. Mais je me suis délectée de beaucoup d'autres fêtes, notamment le chapitre concernant Casanova. La rencontre entre Napoléon III lorsque la reine Victoria lui rendit visite m'a beaucoup amusée car ce n'était pas gagné !! Ils ne s'aimaient guère et un souverain anglais n'était pas venu en France depuis trois-cent ans, depuis la visite de Henri VIII à François Ier.

Je me suis délectée des récits sur l'inauguration du Colisée - dont je n'ai jamais entendu parler, tout comme le palais Rose de Boni de Castellane que j'ai entièrement découvert. Les Plaisirs de l'île enchantée est sans doute l'un des récits qui m'a le plus séduite, avec toutes les magnificences dont ne se privait pas le Roi-Soleil. Une fête m'a parue bien funeste, celle du mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette. En effet, un mouvement de foule a provoqué des morts alors que la foule et le couple royal attendaient un beau feu d'artifice. Le couple ne put rejoindre la place Louis-XV et Marie-Antoinette pleura beaucoup le lendemain lorsqu'elle apprit la nouvelle. Finalement, rien ne prédestinait ce couple au bonheur.

Ces banquets, inaugurations, mariages et autres célébrations ne sont jamais éloignés de l'art, car il s'agit d'en mettre plein la vue. Les Fâcheux de Molière, Athalie de Racine ou encore Les demoiselles de Saint-Cyr d'Alexandre Dumas sont là pour témoigner du faste de la France. Il s'agit surtout de fêtes françaises, mais le choix a vraiment été bien fait, tant par le type diversifié de célébrations fêtées, que par les époques. Un livre très accessible donc, servi par une plume efficace.

Comme je le disais au début, ce n'est pas la couverture ni le titre qui m'ont attirés. Je préfère davantage les titres plus généraux - le résumé dévoilant plus de détails. Et j'ai bien failli passer à côté de ce livre car sa couverture, pourtant jaune, ne m'a pas frappée. La couleur et les dorures sont jolies, mais je pense que le dessin ne correspond pas du tout au sujet. Il aurait fallu mettre des dessins de fête, au moins. J'ignore ce que vous en pensez, mais dans un livre, l'apparence a beaucoup d'importance, car elle peut à elle seule me tenter !

=> Quatorze fêtes qui vous raviront, quels que soient vos goûts en matière d'époque historique. Un savoureux mélange de récits, racontant des célébrations où le but était d'en mettre plein la vue au visiteur, et dans ce livre, au lecteur.


Genre : Histoire
Publié en octobre 2016
Pages : 250
Français

dimanche 1 juillet 2018

Mes envies de lecture pour cet été

Il semblerait que j'ai bel et bien connu une panne de lecture. Je n'ai pas lu de romans depuis des mois, prises par des concours. Avant de revenir à la fiction, j'ai encore pas mal de revues à finir. Quoi qu'il en soit, je commence à songer à ma Pile à lire de l'été. En tête : des classiques. J'ai envie de revenir à ma passion première dans la littérature, car je m'en suis trop éloignée ces dernières années.
Je complèterai cette fiche au fur et à mesure, en espérant qu'elle vous inspire aussi pour vos propres lectures !



Les classiques français :

  • La joie de vivre d'Emile Zola
  • Lorenzaccio de Musset
  • Théâtre politique d'Olympe de Gouges
  • La peau de chagrin de Balzac
  • Un bararge contre le Pacifique de Marguerite Duras



Les classiques étrangers :

  • La servante écarlate de Margaret Atwood
  • Le bouc émissaire de Daphné du Maurier
  • Emma de Jane Austen



Les romans contemporains :

  • Younger de Pamela Redmond Satran (adapté en série, que j'adore !)
  • Autour de ton cou de Chimamanda Ngozi Adichie pour le Challenge des Douze thèmes du mois d'août
  • Eternellement blonde de Meg Cabot (tome 3 et dernier de la série Blonde)
  • Au moins un roman des éditions Charleston
  • Au moins un Sophie Kinsella
  • Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston


Histoire :

  • Au moins un de mes nombreux ouvrages sur Marie-Antoinette...



Ecrits journalistiques :

  • TF1, un pouvoir de Pierre Péan & Christophe Nick pour le Challenge des Douze thèmes du mois de juillet
  • Tour de France, tour de souffrance d'Albert Londres
  • Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly


Féminisme :

  • Le deuxième sexe, tome 1 : Les faits et les mythes de Simone de Beauvoir
  • La cause des femmes de Gisèle Halimi


+ Des bandes dessinées de tous types


Côté série, je viens de commencer Suits (saison 1 vue), que j'aimerai bien avancer, mais aussi poursuivre :

  • Younger (saison 4 & 5)
  • The Bold type (journalisme)
  • The great news
  • Top of the lake : China girl



Passez un très bel été, ici, au Salon, ou dans un transat avec un bon livre dans les mains !

mardi 26 juin 2018

"Ma Cousine Rachel" de Daphné du Maurier

Titre original : My Cousin Rachel



" Vous voulez dire, fis-je, qu'il attendait trop de vous ? Qu'il vous avait mise sur une espèce de piédestal ?
- Non, dit-elle. J'aurais accepté avec plaisir un piédestal après ma vie agitée. Une auréole est une belle chose, à condition qu'on puisse l'ôter de temps en temps et devenir humaine.

Résumé : Philip, sans la connaître, déteste cette femme que son cousin Ambroise, avec lequel il a toujours vécu étroitement uni dans leur beau domaine de Cornouailles, a épousée soudainement pendant un séjour en Italie. Quand Ambroise lui écrira qu'il soupçonne sa femme de vouloir l'empoisonner, Philip le croira d'emblée. Ambroise mort, il jure de le venger. Sa cousine, cependant, n'a rien de la femme qu'imagine Philip. Il ne tarde pas à s'éprendre d'elle, à bâtir follement un plan d'avenir pour finir par buter sur une réalité de cauchemar. Ce don du suspense psychologique, que le nombreux public de la célèbre romancière anglaise lui reconnaît dans chacune de ses oeuvres, est particulièrement présent dans Ma cousine Rachel.

Mon avis : <3 <3

   L'ambiance de Ma Cousine Rachel m'a beaucoup rappelé Rebecca. Philip est un orphelin de vingt-quatre ans qui a été élevé par son cousin Ambroise. Celui-ci part un jour en Italie et se marie à sa cousine, Rachel. Philip ne le reverra alors pas de sitôt. Puis, un jour,  il va finir par rencontrer Rachel. Pensant qu'il la détestera, il en sera pourtant tout autrement... J'ai retrouvé cette atmosphère qui semble propre aux écrits de Daphné du Maurier : du mystère (qui est vraiment Rachel ? Que s'est-il passé entre Ambroise et elle ?), du suspense (que va-t-on découvrir ?) et un domaine comme Manderley, où règne un climat froid et le silence.

Le récit est à la première personne - c'est Philip le narrateur - on ne sait donc que ce qu'il apprend au fur et à mesure. Daphné du Maurier est d'une telle subtilité. Elle ne dit pas : "il y a une vérité dans cette histoire" mais au contraire, tout se fait très ingénieusement, jusqu'à la fin qui m'a quelque peu posée problème puisque je me suis beaucoup interrogée sur le sens (qui a fait quoi ? Si vous voulez qu'on en parle ensemble, pas de problème, car il y a au moins deux significations possibles à cette fin d'histoire). L'écriture est toujours un plaisir, d'autant plus que l'auteure insère beaucoup de dialogues dans son récit, une forme d'écriture que j'adore tout particulièrement.

Ce roman nous fait voyager, entre les Cornouailles et l'Italie. J'ai aimé partir en Italie aux côtés de Philip, où il apprendra pourtant une nouvelle tragique. Le domaine des Cornouailles donne tellement envie d'y être, et, en même temps, tout ce qui s'y passe n'est pas très heureux. En tout cas, je n'ai eu aucun mal à m'imaginer le boudoir de Rachel, pièce qui me fait tellement rêver !

=> Encore un beau roman de la talentueuse Daphné du Maurier, qui vous fera palpiter entre les Cornouailles et l'Italie et un mystère à éclaircir !



Genre  : Roman
Publié en 1951
Pages : 499
Anglais



Du même auteur sur le blog :

mercredi 21 mars 2018

"Le problème avec les femmes" de Jacky Fleming

Titre original : The Trouble With Women

La marquise du Châtelet prenait d'énormes risques de se voir pousser une barbe et d'endommager son système reproductif en effectuant de tête des divisions à neuf chiffres.
Le tout représenté par une marquise savante posée sur un sofa en train de calculer. Et toute l'oeuvre est ainsi : du texte et des dessins très drôles. Jacky Fleming a ainsi dessiné des hommes, ces dits "génies", avec une grosse tête, tandis que les femmes ont des petits visages. L'auteure manie l'ironie durant tout le livre et amuse donc beaucoup. D'un tempérament plutôt optimiste, cela aurait pu me répugner, ne supportant pas la mention "sexe faible" ou "les minorités". Mais j'ai en fait sourit dès que j'ai ouvert ce livre et cela a été comme cela tout le long.

Jacky Fleming s'en prend aux hommes que l'on ne cesse de citer aujourd'hui et qui ont pourtant eu des réflexions intolérables à entendre aujourd'hui. Un exemple : Jean-Jacques Rousseau qui disait qu'il fallait "contraindre les femmes dès leur plus jeune âge, afin que leur disposition naturelle qui est de plaire à l'homme leur vienne plus naturellement". Il y a aussi Darwin et son collègue et ami George Romanes, Ruskin... Des propos d'hommes, mais aussi des actions de femmes. Jacky Fleming remet au goût du jour des "oubliées". Sont ainsi évoquées, par exemple, Nan Aspinwall, qui a traversé l'Amérique à cheval, ou bien la naturaliste Marianne North.

=> Jacky Fleming ouvre "la poubelle de l'Histoire" pour parler des femmes, avec beaucoup d'ironie. Un livre essentiel. Le problème avec les femmes, c'est qu'il n'y en a pas.


Résumé : « Autrefois, les femmes n'existaient pas, et c'est pour cette raison qu'elles sont absentes des livres d'histoire. Il y avait des hommes et parmi eux, un certain nombre de génies. » À travers une succession de dessins hilarants, Jacky Fleming retrace avec ironie l'évolution de la femme dans notre société. Second degré garanti !


Genre : Bande dessinée
Publié en 2016
Pages : 128
Britannique


Thème « La Fille de la Bande » 
→ un livre dont l' héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi (3/12)

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

vendredi 9 mars 2018

Le Challenge des Douze Thèmes 2018

Le Challenge des Douze Thèmes du Salon des Précieuses a été mon premier challenge livresque - je ne me lançais auparavant pas dans des défis littéraires car j'avais peur de me retrouver contrainte à lire des livres - mais pas mon dernier puisqu'il est renouvelé pour l'année 2018. Le principe du challenge est de lire chaque mois un livre en rapport avec un thème imposé. Je trouve les thématiques choisies sympathiques et elles me permettent de dénicher des livres dans ma PAL que je peux avoir délaissé... J'avais plutôt bien réussi le challenge 2017, ayant lu 11 livres sur 12, dont vous pouvez retrouvez les  détails ici. Désormais, place au challenge 2018 !



Thèmes du Challenge : 

Janvier : « Silence, ça tourne » → un livre adapté au cinéma ou en série télé 
> J'ai choisi, avant même de savoir que le challenge reprenait et ce thème, Jules et Jim de Pierre Henri Roché.

Février : « Jeune premier » → le premier tome d'une saga

Mars : « La Fille de la Bande » → un livre dont l' héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi 
> Le problème avec les femmes de Jacky Fleming

Avril : « Haut de forme et queue de pie » → un classique
> Pas effectué

Mai : « Mignonne, allons voir si la rose » → un livre avec des fleurs sur la couverture ou un nom de fleur dans le titre
> Pas effectué

Juin : « Sous les pavés, la page » → un pavé de 500 pages ou plus
> Cf. juillet

Juillet : Le Grand Bleu » → un livre avec du bleu sur la couverture
> TF1, un pouvoir de Pierre Péan et Christophe Nick (non chroniqué, ce volume de plus de 600 pages peut aussi correspondre au thème précédent !!)

Août : « Saga Africa » → un livre dont l'action se situe en Afrique, tous pays confondus
> Autour de ton cou de Chimamande Ngozi Adichie

Septembre : « Nos régions ont du talent » → un livre qui met en avant l'une de nos régions 
> Suite de la série Les bonheurs courts de Charles Exbrayat ?

Octobre : « Jack O'Lantern » → ce mois-ci nous lirons un livre effrayant, où se croisent fantômes, vampires et autres spectres et revenants... 
> À voir...

Novembre : « Comme on se retrouve » → une relecture 
> Là aussi, je n'aurai que l'embarras du choix !

Décembre : « Let it snow » → ce mois-ci, nous lirons un livre sur Noël, le Pôle Nord ou un livre à la couverture hivernale
> La promesse de Noël d'Anne Perry ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

samedi 3 mars 2018

"Le Versailles de Marie-Antoinette" de Cécile Berly



Résumé : Adulée ou détestée, Marie-Antoinette continue de fasciner. Seule reine qui ait véritablement régné à Versailles, elle en connut les contraintes, l'ennui, le luxe, les plaisirs, les scandales et les premiers remous de la Révolution. 
De son arrivée au château comme dauphine en mai 1770, à son départ forcé en octobre 1789, la souveraine façonna un Versailles à son image. Sensible à la mode et au préromantisme ambiant, mais aussi dépensière à l'extrême, elle inventa un art de vivre à la fois intime et somptueux en faisant appel aux plus grands artistes de son temps. Des Grands Appartements aux cabinets intérieurs du palais, du Petit Trianon au Hameau, l'historienne Cécile Berly nous emmène sur les traces de Marie-Antoinette et nous raconte les lieux et l'histoire de la dernière reine de France à Versailles.


Mon avis : <3 <3 <3

  Si je croyais tout connaître de Marie-Antoinette, j'avais tort. Ce livre en est bien la preuve. J'ai toujours été quelque peu "méfiante" envers Cécile Berly car j'ai toujours pensé que l'historienne spécialiste de Marie-Antoinette était Évelyne Lever. Celle-ci a beaucoup, et surtout, écrit sur la reine. En plus, je sais que Cécile Berly a aussi écrit sur la marquise de Pompadour, alors je n'étais pas sûre de pouvoir la considérer comme spécialiste de la reine. Cet ouvrage-ci me démontre pourtant que l'on n'a pas forcément besoin de s'appeler Évelyne Lever pour travailler sur Marie-Antoinette. Qui plus est, cette lecture a été exquise ! Mélanger du texte sur une telle reine à des photographies de qualité ne peut que faire le bonheur du lecteur.

  Comme son nom l'indique, Le Versailles de Marie-Antoinette évoque la vie de la reine au château de Versailles. J'ai été très surprise car il y figure des tableaux que je n'avais jamais vu auparavant (cf. les deux tableaux de cet article). Ce n'est pourtant pas faute de m'intéresser de très près à la vie de la dernière reine de France. Cela n'en a que plus attisé ma lecture. Le plus souvent, ce sont les mêmes tableaux - magnifiques - d'Élisabeth Vigée-Le Brun que l'on voit dans les livres, sur les objets dérivés... Mais ce ne sont pas les seuls. Je m'interroge, ces tableaux que je viens de découvrir dans cet ouvrage sont-ils "tenus secrets" ?
  Il y a également les photographies prises dans le château de Versailles. Cela fait très longtemps que je ne suis pas allée dans le château-même, et j'ai donc doublement apprécié les moult détails (serrures, portes, partie d'une pièce...). Ce livre est un guide de visite, mais ni ennuyeux ni long ,comme peuvent l'être certains. C'est une véritable visite du château de Versailles auprès de Marie-Antoinette que nous propose ici Cécile Berly. J'ajouterai même, un bijou. Il faut dire que la gracieuse reine avait beaucoup de goût. Elle adorait les couleurs pastel, associées à du doré. Divine non ?

Marie-Antoinette, reine de France, 1775, 
Jean-Baptiste André  Gautier d'Agoty (1740-1786)

Le fond, maintenant. J'ai lu beaucoup de livres sur la reine, et pourtant, j'ai appris ÉNORMÉMENT de nouvelles choses. Des choses qui me font penser que Marie-Antoinette et Louis XVI étaient maudits dès le départ. Marie-Antoinette est née le jour de la fête des morts, le 2 novembre, et lorsque meurt le roi Louis XV de la petite vérole, le couple se serait exclamé : "Mon Dieu, protégez-nous, nous sommes trop jeunes pour régner." Cécile Berly a une belle plume, et n'en oublie jamais de rester didactique. J'ai adoré lire le déroulé d'une journée de la reine de France. Saviez-vous que des pamphlets avaient accusés le comte d'Artois, plus jeune frère de Louis XVI, d'être le père des enfants de France ? C'est effrayant de penser aujourd'hui à toutes les injures auxquelles la famille royale a dû faire face.

De par le texte, détaillé mais qui relate l'essentiel, et de par les photographies du château et des tableaux, ce livre est accessible au plus grand nombre. J'ajouterai même qu'il est idéal pour ceux qui ne connaissent pas encore la reine et qui veulent la découvrir, sans forcément passer par un pavé biographique. On est face aux habitudes de la reine à Versailles, ainsi qu'au Petit Trianon et à son Hameau, ses plaisirs personnels - théâtre, opéra, comédie. Il n'y a pas de meilleur moyen pour s'instruire sur le sujet, le didactique se mêle ici aisément au plaisir !

=> Envie d'une balade à Versailles auprès de la dernière et grande reine de France ? Cet ouvrage est un immense plaisir, servi par une belle plume et de magnifiques illustrations.  



Portrait de la reine Marie-Antoinette, de sa fille et de son second fils, 
1790, François Dumont (1751-1831)




Genre : Guide de visite
Publié en 2013
Pages : 112
Enregistrer