mercredi 21 mars 2018

"Le problème avec les femmes" de Jacky Fleming

Titre original : The Trouble With Women

La marquise du Châtelet prenait d'énormes risques de se voir pousser une barbe et d'endommager son système reproductif en effectuant de tête des divisions à neuf chiffres.
Le tout représenté par une marquise savante posée sur un sofa en train de calculer. Et toute l'oeuvre est ainsi : du texte et des dessins très drôles. Jacky Fleming a ainsi dessiné des hommes, ces dits "génies", avec une grosse tête, tandis que les femmes ont des petits visages. L'auteure manie l'ironie durant tout le livre et amuse donc beaucoup. D'un tempérament plutôt optimiste, cela aurait pu me répugner, ne supportant pas la mention "sexe faible" ou "les minorités". Mais j'ai en fait sourit dès que j'ai ouvert ce livre et cela a été comme cela tout le long.

Jacky Fleming s'en prend aux hommes que l'on ne cesse de citer aujourd'hui et qui ont pourtant eu des réflexions intolérables à entendre aujourd'hui. Un exemple : Jean-Jacques Rousseau qui disait qu'il fallait "contraindre les femmes dès leur plus jeune âge, afin que leur disposition naturelle qui est de plaire à l'homme leur vienne plus naturellement". Il y a aussi Darwin et son collègue et ami George Romanes, Ruskin... Des propos d'hommes, mais aussi des actions de femmes. Jacky Fleming remet au goût du jour des "oubliées". Sont ainsi évoquées, par exemple, Nan Aspinwall, qui a traversé l'Amérique à cheval, ou bien la naturaliste Marianne North.

=> Jacky Fleming ouvre "la poubelle de l'Histoire" pour parler des femmes, avec beaucoup d'ironie. Un livre essentiel. Le problème avec les femmes, c'est qu'il n'y en a pas.


Résumé : « Autrefois, les femmes n'existaient pas, et c'est pour cette raison qu'elles sont absentes des livres d'histoire. Il y avait des hommes et parmi eux, un certain nombre de génies. » À travers une succession de dessins hilarants, Jacky Fleming retrace avec ironie l'évolution de la femme dans notre société. Second degré garanti !


Genre : Bande dessinée
Publié en 2016
Pages : 128
Britannique


Thème « La Fille de la Bande » 
→ un livre dont l' héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi (3/12)

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

vendredi 9 mars 2018

Le Challenge des Douze Thèmes 2018

Le Challenge des Douze Thèmes du Salon des Précieuses a été mon premier challenge livresque - je ne me lançais auparavant pas dans des défis littéraires car j'avais peur de me retrouver contrainte à lire des livres - mais pas mon dernier puisqu'il est renouvelé pour l'année 2018. Le principe du challenge est de lire chaque mois un livre en rapport avec un thème imposé. Je trouve les thématiques choisies sympathiques et elles me permettent de dénicher des livres dans ma PAL que je peux avoir délaissé... J'avais plutôt bien réussi le challenge 2017, ayant lu 11 livres sur 12, dont vous pouvez retrouvez les  détails ici. Désormais, place au challenge 2018 !



Thèmes du Challenge : 

Janvier : « Silence, ça tourne » → un livre adapté au cinéma ou en série télé 
> J'ai choisi, avant même de savoir que le challenge reprenait et ce thème, Jules et Jim de Pierre Henri Roché.

Février : « Jeune premier » → le premier tome d'une saga
> À voir... 

Mars : « La Fille de la Bande » → un livre dont l' héroïne est une femme et dont l'auteure est une femme aussi 
> Le problème avec les femmes de Jacky Fleming

Avril : « Haut de forme et queue de pie » → un classique 
> La Cousine Bette de Balzac ou une pièce de théâtre ?

Mai : « Mignonne, allons voir si la rose » → un livre avec des fleurs sur la couverture ou un nom de fleur dans le titre 
> À voir...

Juin : « Sous les pavés, la page » → un pavé de 500 pages ou plus 
> Je n'aurai que l'embarras du choix !

Juillet : Le Grand Bleu » → un livre avec du bleu sur la couverture
> Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras ? 

Août : « Saga Africa » → un livre dont l'action se situe en Afrique, tous pays confondus 

Septembre : « Nos régions ont du talent » → un livre qui met en avant l'une de nos régions 
> Suite de la série Les bonheurs courts de Charles Exbrayat ?

Octobre : « Jack O'Lantern » → ce mois-ci nous lirons un livre effrayant, où se croisent fantômes, vampires et autres spectres et revenants... 
> À voir...

Novembre : « Comme on se retrouve » → une relecture 
> Là aussi, je n'aurai que l'embarras du choix !

Décembre : « Let it snow » → ce mois-ci, nous lirons un livre sur Noël, le Pôle Nord ou un livre à la couverture hivernale
> La promesse de Noël d'Anne Perry ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

samedi 3 mars 2018

"Le Versailles de Marie-Antoinette" de Cécile Berly



Résumé : Adulée ou détestée, Marie-Antoinette continue de fasciner. Seule reine qui ait véritablement régné à Versailles, elle en connut les contraintes, l'ennui, le luxe, les plaisirs, les scandales et les premiers remous de la Révolution. 
De son arrivée au château comme dauphine en mai 1770, à son départ forcé en octobre 1789, la souveraine façonna un Versailles à son image. Sensible à la mode et au préromantisme ambiant, mais aussi dépensière à l'extrême, elle inventa un art de vivre à la fois intime et somptueux en faisant appel aux plus grands artistes de son temps. Des Grands Appartements aux cabinets intérieurs du palais, du Petit Trianon au Hameau, l'historienne Cécile Berly nous emmène sur les traces de Marie-Antoinette et nous raconte les lieux et l'histoire de la dernière reine de France à Versailles.


Mon avis : <3 <3 <3

  Si je croyais tout connaître de Marie-Antoinette, j'avais tort. Ce livre en est bien la preuve. J'ai toujours été quelque peu "méfiante" envers Cécile Berly car j'ai toujours pensé que l'historienne spécialiste de Marie-Antoinette était Évelyne Lever. Celle-ci a beaucoup, et surtout, écrit sur la reine. En plus, je sais que Cécile Berly a aussi écrit sur la marquise de Pompadour, alors je n'étais pas sûre de pouvoir la considérer comme spécialiste de la reine. Cet ouvrage-ci me démontre pourtant que l'on n'a pas forcément besoin de s'appeler Évelyne Lever pour travailler sur Marie-Antoinette. Qui plus est, cette lecture a été exquise ! Mélanger du texte sur une telle reine à des photographies de qualité ne peut que faire le bonheur du lecteur.

  Comme son nom l'indique, Le Versailles de Marie-Antoinette évoque la vie de la reine au château de Versailles. J'ai été très surprise car il y figure des tableaux que je n'avais jamais vu auparavant (cf. les deux tableaux de cet article). Ce n'est pourtant pas faute de m'intéresser de très près à la vie de la dernière reine de France. Cela n'en a que plus attisé ma lecture. Le plus souvent, ce sont les mêmes tableaux - magnifiques - d'Élisabeth Vigée-Le Brun que l'on voit dans les livres, sur les objets dérivés... Mais ce ne sont pas les seuls. Je m'interroge, ces tableaux que je viens de découvrir dans cet ouvrage sont-ils "tenus secrets" ?
  Il y a également les photographies prises dans le château de Versailles. Cela fait très longtemps que je ne suis pas allée dans le château-même, et j'ai donc doublement apprécié les moult détails (serrures, portes, partie d'une pièce...). Ce livre est un guide de visite, mais ni ennuyeux ni long ,comme peuvent l'être certains. C'est une véritable visite du château de Versailles auprès de Marie-Antoinette que nous propose ici Cécile Berly. J'ajouterai même, un bijou. Il faut dire que la gracieuse reine avait beaucoup de goût. Elle adorait les couleurs pastel, associées à du doré. Divine non ?

Marie-Antoinette, reine de France, 1775, 
Jean-Baptiste André  Gautier d'Agoty (1740-1786)

Le fond, maintenant. J'ai lu beaucoup de livres sur la reine, et pourtant, j'ai appris ÉNORMÉMENT de nouvelles choses. Des choses qui me font penser que Marie-Antoinette et Louis XVI étaient maudits dès le départ. Marie-Antoinette est née le jour de la fête des morts, le 2 novembre, et lorsque meurt le roi Louis XV de la petite vérole, le couple se serait exclamé : "Mon Dieu, protégez-nous, nous sommes trop jeunes pour régner." Cécile Berly a une belle plume, et n'en oublie jamais de rester didactique. J'ai adoré lire le déroulé d'une journée de la reine de France. Saviez-vous que des pamphlets avaient accusés le comte d'Artois, plus jeune frère de Louis XVI, d'être le père des enfants de France ? C'est effrayant de penser aujourd'hui à toutes les injures auxquelles la famille royale a dû faire face.

De par le texte, détaillé mais qui relate l'essentiel, et de par les photographies du château et des tableaux, ce livre est accessible au plus grand nombre. J'ajouterai même qu'il est idéal pour ceux qui ne connaissent pas encore la reine et qui veulent la découvrir, sans forcément passer par un pavé biographique. On est face aux habitudes de la reine à Versailles, ainsi qu'au Petit Trianon et à son Hameau, ses plaisirs personnels - théâtre, opéra, comédie. Il n'y a pas de meilleur moyen pour s'instruire sur le sujet, le didactique se mêle ici aisément au plaisir !

=> Envie d'une balade à Versailles auprès de la dernière et grande reine de France ? Cet ouvrage est un immense plaisir, servi par une belle plume et de magnifiques illustrations.  



Portrait de la reine Marie-Antoinette, de sa fille et de son second fils, 
1790, François Dumont (1751-1831)




Genre : Guide de visite
Publié en 2013
Pages : 112
Enregistrer

dimanche 11 février 2018

Bilan culturel 2017

Alors que je commence déjà à écrire mes coups de <3 culturels 2018, je me suis attardée sur ceux de 2017. Le bilan lectures et films est un peu moins bon que les années précédentes mais l'important c'est la qualité, et non la quantité. Livres, films, séries, théâtre... Découvrez ce qui a culturellement marqué mon année 2017.


79 livres lus en 2017

C'est beaucoup moins qu'en 2016 mais il faut savoir que je lis des journaux et des magazines tous les jours, ce qui diminue mon temps pour lire de la fiction. Si vous connaissez mes goûts, vous comprenez facilement mes coups de <3 littéraires 2017 : quatre livres sur deux femmes exceptionnelles !


Avec cette pièce de théâtre, Olympe de Gouges a osé remettre en cause l'esclavage dans un siècle esclavagiste et machiste. Mon admiration pour cette femme n'en a que plus grandi après cette lecture. Vous devriez vous aussi vous lancer dans cette pièce incroyable.



À la suite de ma lecture de la pièce L'Esclavage des Noirs d'Olympe de Gouges, j'ai voulu revenir à qui était Olympe de Gouges. Une superbe bande dessinée.


Un livre qui m'a plongé dans le lieu où Marie-Antoinette, la figure historique que j'aime le plus, a vécu la plus grande partie de sa vie. Un bijou !


Elles sont nombreuses les idées sur MA ! Ce livre devrait être mis dans toutes les mains ! La plume et l'érudition de Cécile Berly, vous l'aurez compris, m'ont conquises.



D'autres livres qui m'ont également marqué :
  • First Ladies : à la conquête de la Maison Blanche de Nicole Bacharan & Dominique Simonnet > article du Salon
  • Très chère Sadie de Sophie Kinsella > article du Salon
  • 10 jours dans un asile de Nellie Bly > une pionnière du journalisme !
  • Point cardinal de Leonor de Récondo > lu dans le cadre du Prix du roman des étudiants France culture - Télérama > une belle surprise (mais aussi le seul roman que j'ai apprécié parmi les cinq romans du concours).



81 films vus en 2017

Mes coup de <3 :


Ce film est sans doute le meilleur que j'ai vu de l'année passée !! Une femme déterminée, ambitieuse et travailleuse jouée par la talentueuse Jessica Chastain (donc il est logique qu'en cette année 2018 j'ai un coup de <3 pour Le Grand Jeu d'Aaron Sorkin dans lequel brille également Jessica Chastain).


Passion Noël oblige, j'étais forcée d'aimer ce film. Alain Chabat, qui l'a réalisé, a créé tout un Pôle Nord, avec des crayons pour barrières, je ne peux qu'aimer l'originalité dont il a fait preuve.


Coups de <3 séries :


J'adore les contes de fées alors je ne pouvais que succomber à cette série qui reprend les récits des contes qui ont bercé mon enfance.



La série la plus DRÔLE que j'ai vu de ma vie. Des adultes reprennent des cours à la fac pour obtenir un diplôme. Tous sont amusants et attachants. J'ADORE !



Younger raconte l'histoire d'une femme de 40 ans qui se fait passer pour une jeune femme de 20 ans car elle ne trouvait pas de travail sans cela. Même si je désapprouve sa démarche - restons comme nous sommes - l'univers dans lequel elle travaille est celui d'une maison d'édition. J'adore découvre comment cela fonctionne dans ce métier et surtout aux États-Unis.


J'ai aussi beaucoup été au théâtre cette année, une vingtaine de fois, ce qui est mon record ! J'ai ainsi pu découvrir des pièces de théâtre classiques mais aussi délurées ou encore des comédies musicales. Mon coup de <3 est sans conteste la comédie musicale Chambre 113, jouée au Théâtre de Ménilmontant et dont j'ai écrit un article ici.
J'ai également visité beaucoup d'expositions mais je ne saurai vous dire une préférée parmi toutes.



2017 a aussi marqué la disparition de Johnny Hallyday, un chanteur qui aura bercé toute ma vie. Je lui rendrai hommage dans un prochain article.



Mes projets culturels pour 2018 ?

  • Revenir davantage à la lecture de classiques, la base, mais je pense que l'année sera compliquée niveau lecture car je n'ai lu aucun livre en janvier, j'ai seulement commencé Jules et Jim de Henri Pierre Roché. En fait, je traverse une sorte de panne de lecture car j'ai davantage envie de lire la presse qu'un roman. L'année commence mal de ce côté là.
  • J'aimerai aussi aller davantage au cinéma et continuer ma passion pour cet art !
  • Continuer ma belle lancée dans l'univers du théâtre.
  • Aller au moins une fois à l'opéra, comme je le formule depuis déjà un moment.



Je vous souhaite une très belle année 2018 !

samedi 27 janvier 2018

"La petite couturière du Titanic" de Kate Alcott

Titre original : The Dressmaker (2012)


<3 <3

J'avais repéré ce titre sur la blogosphère. C'est son thème, la couture (je suis moi-même couturière débutante) ainsi que la couverture, qui ont attiré mon attention. Si j'ai bien aimé dans l'ensemble, j'ai cependant trouvé quelques défauts au fil des pages.

Tess Collins n'est qu'une domestique, mais elle rêve de faire de la couture son unique avenir. Son rêve semble à deux doigts de réussir lorsque la célèbre couturière Lucy Duff Gordon l'embauche à bord du Titanic. Seulement, elle reste domestique. Loin des siens, Tess fait des rencontres. Il y a le marin Jim et le parvenu Jack Bremerton. Mais le Titanic rencontre un iceberg, ce qui provoque le naufrage du navire.

Plusieurs éléments de cette lecture m'ont chiffonné. Disons que je ne m'attendais pas vraiment à un récit sur le naufrage du Titanic. Avant de me lancer dans la lecture, je n'avais pas trop réfléchi au titre. Tout ce qui m'intéressait, c'était la couture. Finalement, c'est le Titanic qui prend une grande place dans le récit, la couture n'étant presque qu'un arrière-fond.

Il y aussi certaines tournures de phrase qui m'ont gêné. J'étais donc parfois partagée dans ma lecture entre l'agacement (les maisons d'édition me semblent publier n'importe quoi parfois) et un certain plaisir à suivre la journaliste. J'adore les histoires où il y a des personnages de journaliste, et le résumé ne le laissait pas présager pour ce livre. Pinky Sarah Wade est une journaliste incroyable, que j'ai adoré suivre dans sa couverture de la catastrophe du Titanic. Elle n'est pas si heureuse que cela, mais elle se bat. Son personnage m'a donc beaucoup plu. Elle se bat tant dans sa vie personnelle, avec son père infirme, que professionnelle, où elle tente d'être aussi bien payée que les hommes. J'ai même préféré Pinky à Tess, le personnage principal, qui ne m'a rien inspiré (de bon ou de mauvais). Vous l'aurez compris, les thèmes du livre sont multiples (catastrophe, haute couture, journalisme, féminisme), et c'est peut-être trop.

=> Il  y a donc eu des bons et des mauvais côtés dans cette lecture. Je ne saurai ni vous la déconseiller, ni vous la conseiller. Je suis un peu dans le brouillard après cette lecture...



Résumé : Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique. Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure. À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess. En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg… Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame ?


Genre : Roman
Publié en 2012
Pages : 555 (gros caractères, corps 16)
Américain

dimanche 7 janvier 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #6 (1-5 janvier)

Décembre ne serait pas décembre s'il n'y avait pas les téléfilms de Noël. Les "ayant tous vus" (je vous jure !), je me considère comme une experte en la matière. Comme l'année dernière, je vais donc vous présenter chaque semaine de décembre les meilleurs téléfilms de Noël. Magie, esprit de fête, joie, anges, amour, mariage mais aussi disparition, tristesse, pauvreté... il y en a sur tous les thèmes et pour tous les goûts. Il m'est toujours difficile de quitter Noël alors je continue toujours à être dans l'ambiance jusqu'à la fin de mes vacances. Poursuivons la magie de Noël encore un peu !

La bonne surprise :

L'héritage de Noël


Canada, 2017
Diffusé sur M6 le 1er janvier


On a de quoi s'y perdre avec tous ces noms comportant le mot "Noël" mais aussi le fait que les téléfilms portent parfois le même nom. Ne pensez donc pas que je radote, je vous parle cette fois-ci d'un autre héritage de Noël. Willa élève seule son fils et travaille comme infirmière à domicile. Un de ses patients lui a légué une importante somme d'argent alors le fils de celui-ci, Finn Conrad, décide de découvrir si la jeune femme n'aurait pas manipulé son père par hasard.
Ce téléfilm est à mes yeux un beau téléfilm car il parle d'une situation réaliste : une mère qui élève seule son fils et ne sait comment payer ses soins médicaux. Il y a aussi l'histoire de cette famille détruite, les Conrad, qui ne pourra - même si c'est un téléfilm et que tout est censé finir bien - jamais se dire les choses qu'il y aurait eu à dire. Il y aussi cette femme blessée qui refuse toute aide... Autant de cas qui font que ce téléfilm est très humain. J'ai aussi pu retrouver Autumn Reeser, l'actrice qui joue dans l'un des meilleurs téléfilms de Noël selon moi, La parade de Noël.

Le plus glacé :

Le festival de Noël


États-Unis, 2016
Diffusé sur M6 le 4 janvier


Il ne me semble pas que la sculpture sur glace soit pratiquée en France, ou en tout cas, on en entend peu parler. C'est pourquoi je vous invite à faire un tour au festival de Noël. Emma travaille dans le cabinet d'avocat de sa mère mais elle est attristée lorsqu'elle apprend que le festival de Noël de sa ville ne compte pas réorganiser le concours de sculpture sur glace. Elle va donc tout faire pour le ramener dans la course !

C'est ainsi que s'achève la saison de Noël 2017 :''-(
EnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

samedi 30 décembre 2017

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #5 (25-31 décembre)

Décembre ne serait pas décembre s'il n'y avait pas les téléfilms de Noël. Les "ayant tous vus" (je vous jure !), je me considère comme une experte en la matière. Comme l'année dernière, je vais donc vous présenter chaque semaine de décembre les meilleurs téléfilms de Noël. Magie, esprit de fête, joie, anges, amour, mariage mais aussi disparition, tristesse, pauvreté... il y en a sur tous les thèmes et pour tous les goûts. Que la magie de Noël continue !

Le plus magique :

Il faut sauver Noël ! 1 & 2

États-Unis, 2014 & 2015
Diffusés sur TF1 le 28 décembre 

  Il aurait fallu les programmer AVANT Noël. Je trouvais justement qu'il manquait des téléfilms de Noël plein de magie cette année. J'ai été servie ici car ce n'est pas un mais DEUX téléfilms à suivre. Dans le premier, Clémentine va tenter de raviver l'esprit de Noël, aider par Kevin, un humain de son âge qui adore aussi cette fête. Vous pourrez ainsi y retrouver l'actrice Tiffani Thiessen de la série Beverly Hills. Dans le deuxième, c'est Lori Loughlin (Summerland) que l'on retrouve en femme d'affaires qui doit gérer l'héritage de sa défunte tante : une vieille auberge. Une fois de plus, Clémentine va y mettre son grain de sel...
  Les deux histoires sont partagées entre magie - on se retrouve au Pôle Nord, c'est génial ! - et réalité - comme la mère de Kevin qui doit faire ses preuves dans son nouveau poste de journaliste. Cela a donc été un plaisir de naviguer entre les deux univers.





Prolongeons le plaisir et la magie de Noël tant qu'on le peut encore !