mercredi 2 janvier 2019

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #6 (31 décembre-6 janvier)

Noël est passé mais je me donne jusqu'à la fin des vacances pour rester dans l'esprit de Noël, grâce aux téléfilms de la saison !

Le plus journalistique :

Noël à la télévision

© DR

États-Unis, 2016

Emily et Charlie sont journalistes. Ils étaient en couple avant que Charlie ne soit choisit pour présenter les informations locales à New York et qu'Emily reste dans une chaîne locale à Stanford. Des années après ils se retrouvent à nouveau en concurrence pour co-présenter une émission matinale.
Ce choix est très subjectif mais je l'assume. Faire du journalisme télévisé est exactement ce que je souhaite faire plus tard alors j'ai été frustrée les années passées de ne pouvoir regarder ce téléfilm en replay. C'est désormais chose faite ! J'ai beaucoup aimé l'esprit de compétition entre les deux anciens amoureux (même si cela aurait pu être plus appuyé !), qui est typiquement américain. Le téléfilm est un peu loufoque mais il y a aussi des réalités, comme lorsqu'une vieille dame refuse de passer à la télévision pour raconter son histoire ! Ce téléfilm permet de voir un peu à quoi ressemble l'univers interne de la télévision et de rigoler. Je vous le recommande !




Vivement Noël prochain !

dimanche 30 décembre 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #5 (24-30 décembre)

Noël est passé mais je me donne jusqu'à la fin des vacances pour rester dans l'esprit de Noël, grâce aux téléfilms de la saison !

Le plus magique :

Miracle de Noël à Manhattan


© DR

États-Unis, 2010

Une vieille dame répondant au doux nom de Mme Miracle ("Merkle" en vérité) se met en poste au magasin Finley. Après son arrivée, de nombreux miracles de Noël se produisent...
Voilà ce que j'aime dans les téléfilms de Noël : de la magie ! Ce téléfilm est tout à fait charmant, avec la coquette Mme Miracle et le beau magasin de jouet Finley. À voir !

Disponible en replay sur France 2


Le plus esprit de Noël :

Un festival pour Noël


© DR

États-Unis, 2017

Ryan et sa fille Zoé vont fêter Noël en Floride cette année. En chemin, ils font une pause à Evergreen, une charmante petite ville joliment décorée pour Noël. Allie, dont ses parents tiennent le restaurant, doit quant à elle quitter la ville pour Washington. Une tempête de neige contraint pourtant tout ce petit monde à rester à Evergreen.
Les décors sont absolument majestueux ! Pour changer, l'héroïne est une vétérinaire. Et la magie emplit l'histoire : une fameuse boule à neige permet d'exaucer les voeux...

Le plus "à la mode" :

Coup de foudre sur un air de Noël



© DR

États-Unis, 2015

Un autre téléfilm à voir ! Gwen Burke, assistante personnelle pour l'achat de cadeaux, doit s'occuper des paquets de Charlie Baker, un homme d'affaires. L'héroïne principale, Gwen Burke, est pétillante. Le téléfilm doit beaucoup à ce personnage !! Vous pensez que les "personal shopper" existent vraiment ?




Profitons de ces bons téléfilms encore et encore !

dimanche 23 décembre 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #4 (17-23 décembre)

Plus que quelques jours avant Noël alors c'est le moment ou jamais pour se plonger dans l'esprit de Noël avec quelques bons téléfilms !

Mon coup de <3 :

La gourmandise de Noël


© DR

États-Unis, 2018

Depuis l'an dernier, France 2 diffuse également des téléfilms de Noël. Autant vous dire que la chaîne mise sur la qualité plutôt que la quantité. Dans La gourmandise de Noël, Kate (Melissa Joan Hart) est débordée à l'approche de Noël. Elle doit livre 15000 cookies pour le jour de Noël, ce qui n'est pas un mince affaire ! Pour l'encourager, un vieil homme lui offre un ancien Casse-Noisette au marché de Noël. Le lendemain, elle découvre un homme dans son salon. Il est vêtu comme son pantin...
En plus de nous en mettre plein la vue avec de magnifiques biscuits de Noël, ce téléfilm raconte une histoire autour de Casse-Noisette, un personnage que j'adule cette année (depuis que j'ai vu le ballet en version pékinoise à Paris fin novembre). Le récit est prenant et marrant (comme quand Casse-Noisette se transforme en casse-noix...). La fin va à l'encontre de ce à quoi on peut s'attendre. Magique ! 


Mon coup de <3 :

Le parfait village de Noël

© DR

États-Unis, 2018

J'aime à dire à Noël, comme à d'autres moments, "il faut que tout soit parfait". Ce téléfilm illustre parfaitement ma devise ! Darcy est une jeune illustratrice pour qui les fêtes de Thanksgiving comme celle de Noël doivent être parfaites, à l'image de son village irlandais. Un matin, elle se réveille dans son village où c'est tous les jours Noël !
J'aime l'état d'esprit de cette jeune fille, qui me ressemble beaucoup du coup ! L'histoire autour de son village de Noël donne envie de créer le sien. Le fait que ce soit tous les jours Noël nous rappelle qu'on apprécie Noël car ce n'est qu'une fois par an. Un bon téléfilm !



Ce que j'ai pensé de :

Coup de foudre sur un air de Noël


© DR

France, 2018

Ne partez pas en courant ! C'est un téléfilm français, certes, mais j'ai été agréablement surprise.
Pour conserver son emploi, Mélodie (Barbara Carbrita) doit retrouver le pianiste Michael Grimaud (Lannick Gautry). Mais ce ne sera pas facile car le musicien n'est pas remonté sur scène depuis des années !
Ce téléfilm n'est pas plat, étonnement, et m'a pas mal fait rire ! Il y a beaucoup de références au film Sissi impératrice, que je n'ai encore jamais vu (est-ce grave ?). Le fait que l'histoire se passe à Vienne apporte une touche en plus, à laquelle vous succomberez peut-être...

Disponible en replay sur TF1


Plus que quelques jours avant Noël !

dimanche 16 décembre 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #3 (10-16 décembre)

Cette semaine, encore un bon téléfilm avec Bethany Joy Lenz mais moins de téléfilms à vous conseiller car j'en ai peu vu, malheureusement, cette semaine. Je me rattraperai !

Le plus "ambiance de Noël" :

Un Noël rouge comme l'amour

© DR

Canada, 2018

Ellie Palmer (Bethany Joy Lenz), employée dans une agence d'urbanisme, est appelée par sa mère pour qu'elle vienne aider son père dans sa ferme. Arrivée sur place, elle découvre les difficultés de celui-ci à gérer ses cultures de poinsettia.
Mettre en lumière le Poinsettia (ou étoile de Noël), LA fleur de Noël ? De mémoire, jamais aucun téléfilm de Noël ne l'avait encore fait. C'est tout le mérite d'Un Noël rouge comme l'amour. Ce téléfilm m'a permis de percer un peu plus à jour cette fleur, comme savoir qu'elle est verte avant de devenir rouge. Ce téléfilm est frais par son sujet et met bien dans l'ambiance de Noël !


Le Poinsettia est LA fleur de Noël. © DR

Disponible en replay sur TF1


Le plus journalistique :

Noël parfait pour couple imparfait

© DR

Canada, 2018

Joanna Moret est conseillère en amour et aime prodiguer ses conseils dans des livres. Tout semble lui sourire car on lui propose d'animer sa propre émission de télévision. Mais à condition qu'elle tienne une conférence, qu'elle organise le gala de Noël de ses potentiels futurs producteurs et qu'elle présente son petit ami au public. Problème : elle n'en a pas. C'est dommage pour une conseillère en amour...
En plus d'écrire des livres, Joanna pense que pour unir deux personnes, il faut réaliser des loisirs créatifs en couple ! J'ai beaucoup aimé sa personnalité. Même si elle est arriviste, elle a envie de réussir don j'ai quand même apprécié son personnage.


Disponible en replay sur TF1





J'espère que vous passez de bons moments de l'Avent, avec de belles histoires de Noël !

dimanche 9 décembre 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #2 (3-9 décembre)

Cette semaine, deux téléfilms avec l'actrice Candace Cameron Bure. On peut dire qu'elle sait choisir de jouer dans les meilleurs téléfilms !

Mon coup de <3 :

Le temps d'un Noël


© DR

États-Unis, 2016

Je voulais voir ce téléfilm l'an passé mais il n'y avait pas eu de replay et je le regrettais fortement ! J'aime beaucoup ce que fait l'actrice Candace Cameron Bure, comme le montre cet article. Je suis contente de l'avoir enfin vu car Le temps d'un Noël s'avère être le meilleur téléfilm que j'ai pu voir jusqu'ici cette année. Il est à la fois original et esthétiquement superbe ! Je m'explique.
1946. Hanna (Candace Cameron Bure) a perdu son mari mais se console en soignant les patients de l'hôpital où elle est infirmière. Elle prête particulièrement attention à Toby, un petit garçon orphelin dont le sort l'inquiète. Ce qui l'aide à vivre, c'est de penser à la comète qui doit passer le 22 décembre et qu'il croit miraculeuse. Ce soir-là, Hanna rend un chien à sa famille mais sur le chemin du retour, sa voiture s'enlise à cause d'une tempête de neige. Le lendemain, lorsqu'elle se réveille, elle est... en 2016 !
Les années 1940 nous font vivre (oui, je vis les téléfilms !) un Noël vintage, ce qui est tout à fait extraordinaire. Les décorations sont extraordinaires et m'ont complètement captivées (les décorations de Noël 2016 à suivre sont très belles aussi). La comète de Noël, le fait qu'une histoire d'amour ne soit pas au centre de l'histoire et le décalage de Hanna avec le monde moderne en font une comédie originale et agréable pour les yeux. Vintage et avec des décorations sublimes, j'ai des étoiles dans les yeux rien quand repensant à ce récit ! Les amatrices d'histoire que vous êtes ne devraient pas passer à côté !

Toby : Parfois les choses les plus simples peuvent changer la vie. Pour moi, ce fut la lecture.

Disponible en replay sur TF1


Le plus esprit de Noël :

Le pacte secret de Noël


Chris (Candace Cameron Bure) et Greg Turner (Mark Deklin) ont décidé d'organisé la fête de Noël du bureau ensemble. © DR

États-Unis, 2017

Chris et Kate sont deux soeurs jumelles que tout oppose. L'une est professeur d'arts plastiques et doit organiser un marché de Noël et l'autre travaille dans une agence de promoteurs immobiliers et est chargée d'organiser la fête de Noël du bureau. Elles se sont perdues de vue mais les fêtes les rapprochent lorsqu'elles concluent un pacte...
Comme j'aime beaucoup ce que fait Candace Cameron Bure, ce téléfilm m'a évidemment plu. L'échange de personnages, joué par la même actrice, est mal fait mais j'ai trouvé cette comédie sympathique et rafraîchissante.

Disponible en replay sur TF1


Le plus journalistique :

Coup de foudre chez le père Noël


Jenna (Bethany Joy Lenz) et Kevin (Andrew W. Walker) ont décidé d'organisé la fête de Noël du bureau ensemble. © DR

Canada, 2017

Kevin et Jenna sont tous les deux rédacteurs "voyages" pour le web-ma Epiphany. Ils sont envoyés à Aspen pour y écrire un article sur Noël mais leur avion les contraint à atterrir à Santa Claus, en Indiana. Ils se réfugient alors dans l'auberge Winters, tenue par Chris et Carol, un couple mystérieux.
Je suis toujours à la recherche de téléfilms avec des journalistes alors celui-ci tombait à pic. J'ai adoré les deux personnages principaux. S'ils ne se parlaient pas avant, ils sont contraints de faire connaissance à des lieues de leur rédaction. Leurs querelles sont marrantes et moi qui n'ait pas d'appétence particulière pour les romances, j'ai été séduite par celle-ci. Il faut ajouter que les décorations de Noël du téléfilm sont absolument splendides et que je rêverai de dormir ne serait-ce qu'une nuit dans l'auberge Winters, qui est si bien décorée pour Noël (et magique...) !



Vous pourriez aussi aimer :

Noël à Pemberley

© DR

Elizabeth Bennet est chargé d'organiser le festival d'une petite ville, où elle rencontre William Darcy, un propriétaire milliardaire qui va bientôt vendre sa demeure de Pemberley. 
Inspiré d'Orgueil et préjugés, ce téléfilm a beaucoup de charme et m'a fait pas mal rire. Les personnages, crédibles, sont dans la lignée de creux créés par Jane Austen, ce qui est un point essentiel pour une adaptation.


J'espère que vous passez de bons moments de l'Avent, avec de belles histoires de Noël !

dimanche 2 décembre 2018

Les meilleurs téléfilms de Noël de la semaine #1 (1er-2 décembre)


Je déclare la saison de Noël 2018 officiellement ouverte !




La lutte est dure mais je tiens bon. Les téléfilms de Noël sont désormais diffusés chaque année de plus en plus tôt (le lundi 5 novembre cette année). Pour moi, le 1er décembre est sacré car c'est le moment de l'année où je lâche vraiment le travail pour un mois de folies, de télévision et de gourmandises ! Autant vous dire que je ne peux pas me permettre de faire ça durant deux mois... et puis décembre, ce n'est pas novembre ! Le 1er décembre est aussi le jour où je ressors ma décoration de Noël et ma garde-robe de saison (de Noël, évidemment !). J'ADORE cette période de l'année, qui pour moi est essentielle (j'aime à dire que je ne vis que pour Noël). Je vais donc tout au long de ce mois de décembre vous faire part des téléfilms de Noël qu'il faut voir. Je me considère comme une spécialiste car je les ai tous vus, il ne me reste à chaque fois qu'à découvrir les nouveautés (et revoir mes préférés). Si vous n'êtes pas amateur de ce genre, je vous facilite le travail pour vous montrer qu'un peu d'histoires de Noël vous met tout de suite dans l'ambiance. C'est parti pour les téléfilms de Noël à ne pas manquer !


J'ai ouvert la saison avec :

Un mariage sous le sapin

Julie Pine (Jonna Walsh) et Rick Spruce (Nick Ballard)
© DR

États-Unis, 2017

Les familles Pine et Spruce sont rivales depuis de nombreuses années et il n'y a pas de raison que ça change ! Mais c'est sans compter la nouvelle génération, avec Julie et Rick, qui aimeraient bien conjurer la tension entre les deux clans voisins, vendeurs tous deux de sapins de Noël. Chers amoureux des livres, l'histoire vous rappelle sans doute le fameux Roméo et Juliette de William Shakespeare. Ce téléfilm de 2017 est réaliste (c'est magnifique de voir la vie de producteurs de sapins de Noël, qui me donne envie d'en faire un reportage) et moderne (la fin est à voir, avec l'échange des noms de famille, d'actualité et qui colle aussi parfaitement à l'histoire !). Petit défaut : le titre, maintes fois déjà utilisé et qui aurait pu davantage coller au thème.

Disponible en replay sur TF1


Le plus original :

Le train de Noël


© DR

États-Unis, 2017

Quatre jours avant Noël, Eleanor prend le train avec le réalisateur Max Powers, avec qui elle travaille. L'objectif serait qu'elle en profite pour écrire une histoire d'amour à bord, pour le prochain film du cinéaste. Elle tombe sur Tom, journaliste, qui a été un amour de jeunesse.
Ce film vous emmène en balade et a des airs du film Le Pôle express. Les personnages croisés à bord sont atypiques, comme  la curieuse Agnès, l'ancien cheminot Higgins, le veuf John Kelly, la médium Misty, un jeune couple qui veut se marier dans le train et la contrôleuse Roxanne. Je les ai trouvé très attachants et voyager à leur côté a été un plaisir. Il fallait y penser mais l'idée d'un téléfilm dans un train est parfait car beaucoup de personnes rentrent passer Noël chez elles. L'histoire m'a happée et le retournement de situation à la fin vaut vraiment le coup ! Je ne vous en dis pas plus et vous laisse cliquer ci-dessous pour voir le téléfilm. Un coup de <3 !


Disponible en replay sur TF1



J'espère que vous me suivrez tout ce mois de Décembre car croyez-moi, je m'y connais en Noël !





mercredi 21 novembre 2018

"La robe blanche" de Nathalie Léger



Mon avis : X

Lu dans le cadre du prix du roman des étudiants France Culture-Télérama, je ne me serai très certainement pas arrêtée sur cet ouvrage autrement. Et j'aurai eu raison. Je vous le chronique quelques jours après sa lecture et je ne me souviens déjà plus ni du titre ni de l'autrice.

Il faudrait que je vous expose ici un résumé pour ne vous donner ne serait-ce qu'une petite idée de ce que raconte l'histoire. Mais quelle histoire ? Je n'ai rien vu de tel dans ce livre. La seule chose que j'ai réussi à capter, c'est que la narratrice a une mère et que celle-ci a divorcé. En quoi peut-on parler d'histoire ? Je n'ai pas saisi l'enjeu de ce livre, et j'irai même plus loin : quel est l'intérêt de l'avoir publié ? On ne comprend rien car tout est flou. Les phrases sont infinies et ne disent rien.

Le seul passage que j'ai compris et qui m'a révolté, c'est le moment où la narratrice nous parle du divorce de sa mère. En plus de cette séparation, son père avait une maîtresse mais c'est lui qui s'en sort le mieux. Tout leur entourage remet la faute sur la pauvre mère, qui a tout fait pour lui, pour leur famille. Elle s'est sacrifiée. Ce passage m'a fait très mal :

"On lit, on n'y croit pas, on répète : dénuée d'affection et de tendresse, versatile, capricieux, manquements nombreux, pas une femme d'intérieur - on voudrait tout casser à ces morts. Et dans ma rage, bien que cela n'ait justement aucun sens, bien que cela soit parfaitement contradictoire avec ce que je veux dire car je ne veux pas faire l'éloge d'une femme en la disant femme d'intérieur, dans ma rage je me souviens, comme un pépiement d'oiseau éclatant dans le ciel et s'éteignant, je me souviens de ces grands repas de Noël qu'elle organisait par ceux-là mêmes qui sont ensuite venus témoigner contre elle, dressant magnifiquement la table, m'apprenant à dessiner de petits menus en forme de sapins, y glissant la forme découpée des bouteilles de vin, accueillant chacun, veillant à tous les détails - souvenir absurde, sans force de preuve. Je répète encore : pas une femme d'intérieur, les manquements nombreux, les manquements nombreux, les manquements réitérés, la carence, la nature à excuser."
Je vous laisse méditer sur ces mots...


=> La robe blanche est le genre de roman qui ne s'adresse pas à tous voire à personne, ce qui est rédhibitoire. Trop littéraire, on ne comprend pas l' "histoire", s'il y en a une. Cette lecture m'a parue être une perte de temps plus qu'autre chose. Un livre oublié dès sa lecture achevée. Il va sans dire que je ne vous le recommande pas.



Résumé : « Elle voulait porter la paix dans les pays qui avaient connu la guerre. Elle pensait, disait-elle, faire régner l’harmonie par sa seule présence en robe de mariée. Ce n’est pas la grâce ou la bêtise de son intention qui m’a intéressée, c’est qu’elle ait voulu, par son geste, réparer quelque chose de démesuré et qu’elle n’y soit pas arrivée. Une robe blanche suffit-elle à racheter les souffrances du monde? Sans doute pas plus que les mots ne peuvent rendre justice à une mère en larmes. »